L’algorithme qui fait vivre Netflix

La revue Challenges brosse un portrait passionnant de Reed Hastings, un patron qui ne répond pas aux conventions. Fan de mathématiques, c’est sa compétence supérieure en algorithmie qui lui a permis de créer la fonctionnalité de Netflix qui lui permet de proposer à ses utilisateurs des programmes en fonction de ce qu’ils ont déjà regardé et des goûts qu’ils ont déclaré. Plus de 60 % de programmes que regardent les clients de Netflix proviennent des suggestions faites par ce moteur. Il s’agit donc d’une pièce majeure dans le fonctionnement de Netflix.


 

netflix ceo reed hastings 300x210 - Reed Hastings, l'atypique patron de NetflixOriginalité de sa politique de ressources humaine : une nouvelle tendance ?

Hastings invite à déjeuner puis licencie, propose des indemnités et des salaires supérieurs à la moyenne de ce qui est pratiqué dans le secteur de la tech aux États-Unis ! Les grands groupes américains songent même à ne plus limiter la durée des congés payés à l’image de ce que fait déjà Netflix. Il semblerait que ce principe favorise la performance et la responsabilisation des salariés qui n’envisageraient plus de s’absenter avant d’avoir clos leurs dossiers. Le patron doit être satisfait et, si justement il l’est, nous pouvons imaginer que le salarié peut partir en congés avec plus de facilités.

Dans une entreprise qui fait majoritairement travailler des ingénieurs, la notion d’encadrement est affaiblie et tout le monde est un peu responsable de lui-même. C’est selon ce mécanisme qu’un tel niveau d’autonomie peut être proposé. Google a récemment doublé la durée des congés maternité afin d’envoyer un signal fort en favorisant les salariées qui auraient songé à quitter l’entreprise pour pouvoir s’occuper de leur enfant de manière prolongée, par rapport à ce que proposent communément les entreprises, après sa naissance. De plus en plus de grands groupes considèrent que cet investissement dans les ressources humaines, quel qu’en soit la forme, est plus rentable que de s’appliquer régulièrement des coûts de recrutements élevés générés par un haut taux de turn-over. Le petit monde des multinationales serait-il en train d’évoluer sous nos yeux ?

L’article de Challenges ne limite pas son analyse aux ressources humaines et traite bien d’autres aspects de la personnalité de Hastings. Mais c’est bien son approche atypique des marchés de l’audiovisuel et de la gestion d’une entreprise qui donnent tout son sens à sa position originale, dans un marché très normé et très concurrentiel.

À lire sur le site de Challenges : Les secrets de Reed Hastings, l’incroyable patron de Netflix

12301689674662836813 - Reed Hastings, l'atypique patron de Netflix