Les turques n’ont pas fini de nous émouvoir. Après 7.Koğuştaki Mucize, Des vies froissées ou plus récemment The Club, les abonnés  sont désormais bien habitués aux drames trucs et connaissent d’avance le contrat que cela implique : toujours se munir d’un bon paquet de mouchoirs avant de lancer la lecture du programme.

Lire également : 10 films et séries turcs à découvrir sans plus attendre sur Netflix

Le 21 janvier prochain, Netflix accueillera une nouvelle production turque qui ne dérogera pas à cette “nouvelle” règle d’or.  Intitulé Le violon de mon père, le long-métrage d’1h52 réalisé par Andaç Haznedaroglu possède déjà tous les ingrédients pour faire pleurer dans les chaumières.  

Le musique en partage et comme lien puissant 

En effet, l’histoire poignante de ce drame commence par un deuil, celui de la petite Özlem qui devient soudainement orpheline de son père. Elle se trouve alors contrainte de s’installer chez son oncle, célèbre virtuose du violon. Le deuil et leur passion commune pour la musique les rapprochent et les amènent à tisser des liens forts.


“Joue-moi quelque chose, ça me rappellera ma famille”

 

 

Le casting

Côté casting, Engin Altan Düzyatan et Belçim Bilgin se partagent les rôles principaux. D’autres acteurs de renom comme Yener Sezgin, Yiğit Çakır, Ayfer Dönmez Ertekin, Selim Erdoğan, Ulrich Mertin et Erdem Baş complètent la distribution. 

 

Les premiers avis sont tombés