Les escrocs ont le vent en poupe en ce moment sur Netflix. Fort de ses succès comme L’arnaqueur de Tinder ou bien encore Inventing Anna, la plateforme de streaming multiplie les séries documentaires qui risquent d’avoir pour effet de rendre encore plus paranoïaque ses abonnés. Et même lorsque vous vous sentez en pleine de zone de confort bien au chaud chez vous, dites vous bien que vous n’êtes jamais complétement sûrs de l’identité de ses occupants. Si le risque demeure faible, c’est en tout cas, ce qui est arrivé à ces locataires qui se pensaient  en toute sécurité alors qu’ils vivaient avec de dangereux criminels sans le savoir. 

Lire également : Un bail en enfer : vous ne verrez plus la colocation du même oeil après cette série documentaire 

 

Ne faites confiance à personne !

Disponible depuis le 1er mars 2022, Un Bail en enfer (Worst Roommate Ever en version original) ne s’adresse pas à celles et ceux qui vivent en colocation… En effet, dès le premier épisode, le True Crime frappe fort avec l’histoire de Dorothea Puente qui a tué neuf personnes dans les années quatre-vingt. Son modus operandi ? Elle les empoisonnant lentement à mort, volant leur argent et leurs biens et les enterrant dans le jardin arrière, est morte en prison mais a toujours plaidé son innocence. 

La mini-série s’appuie ainsi sur quatre histoires terrifiantes autour de colocataires en apparence inoffensifs qui se transforment en véritable cauchemar pour leurs victimes incrédules quand leurs intentions malveillantes, et parfois violentes, sont dévoilées. Ces récits réels et troublants mettent en lumière la menace latente et déguisée qui peut se cacher au bout du couloir.


 

Les internautes scotchés devant “Un bail en enfer”