Netflix continue d’explorer le sujet des True crime dont ses abonné.e.s sont si friands et la bonne nouvelle, c’est que la source semble intarissable. En effet, après Une dose de Scandale, la plateforme s’attaque une fois de plus aux manquements du système judiciaire américain.


Avec Preuves d’innocence, une mini série documentaire déclinée en neuf épisodes, ce ne sont pas moins de huit drames personnels qui seront exposés. à partir du 15 avril 2020 sur Netflix.  Ces drames résultent d’erreurs judiciaires dénoncées par l’organisation à but non lucratif Innocence Project et les organisations du réseau Innocence, qui travaillent sans relâche pour la révision des procès.

 

“Je purge une peine de 40 à 60 ans. Dieu m’en est témoin, je ne suis pas coupable.”

 

 

 

La série se découpe en trois parties : Les preuves, Les témoins, et L’accusation. 

Chacune des histoires retracées dénoncent de choquantes vérités et montrent en quoi la vie d’innocents injustement condamnés a été considérablement brisée.  Mais ce que soulève Preuves d’Innocence c’est aussi que les familles proches et les victimes des crimes doivent aussi payer l’addition. C’est également sans compter sur la confiance de la population en une justice qu’ils pensaient implacable qui a été trahie.

 

Lire également : Netflix mène l’enquête autour de l’affaire de Gabriel Fernandez

 

La série Preuves d’innocence est produite et réalisée par Liz Garbus, nommée aux Oscars, ainsi que par Alex Gibney et Roger Ross Williams, tous deux lauréats d’un Oscar. Certains épisodes sont également réalisés par Jed Rothstein, nommé aux Oscars, Andy Grieve, lauréat d’un Emmy, et Sarah Dowland.